Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Porto-Novo sans fard

par Justin AMOUSSOU 5 Août 2013, 20:00 Bénin Capitale Réhabilitation

Qui est cet aveugle qui a épousé Porto-Novo, la ronde ? Presque rien n’a changé de ses 53 ans d’indépendance. La physionomie de cette ville chargée d’histoire laisse toujours à désirer. Si la comparaison est aisée, Porto-Novo ne se saurait être une femme nubile. Encore moins une midinette. La cité aux trois noms est, depuis longtemps, une femme bien mature. Puisque comptant désormais dernière elle, plusieurs années de vie et d’enfants. Pourtant, sur son tableau de chasse, le ridicule. Pas de grandes réalisations. Juste le ronflant titre de capitale. N’est-il pas vrai que c’est inscrit, en lettres de feu, dans la constitution que « la capitale de la République du Bénin est Porto-Novo » ? Article 1er de la loi fondamentale.

Qui est donc cet homme aveugle qui ne peut pas ou ne veut pas voir la beauté de sa femme ? C’est une évidence que la femme d’un aveugle n’a pas besoin de fard. Dites-moi, qui est-ce cet homme aveugle dont le cœur et le mental n’habitent plus de rêve? Peut-être souvenez-vous de ce séminaire sur la réhabilitation de la ville? Ces assises se sont tenues à la Maison internationale de la culture de ladite ville. Des années après, on peut en déduire simplement que c’était une partie de fanfaronnade.

La mère aime tendrement et le père sagement, dit-on. Alors qui est ce père aveugle dont la sagesse est implorée? Une autre date plus récente dans l’histoire de Porto-Novo. Peut-être aussi parce que la fanfaronnade fait partie de l’essence même du porto-novien. Beaucoup se souviennent encore de l’organisation du forum pour le développement de Porto-Novo. Oh ! Quelles promesses ! « La période 2010-2025 verra incontestablement, l’avènement d’un Porto-Novo plus moderne et plus radieux. » A l’annonce, des hourras et des acclamations ont tonné à la Maison des jeunes de Djègan Kpèvi. Les bases d'un programme-cadre d'investissements sont jetées, une boussole pour les futures actions de développement de la cité existe, blablabla. Trois ans après, du simple vent. Si la boussole existe vraiment, soit le commandant confond bâbord et tribord.

Un simple constat. A la veille de la célébration du 53ème anniversaire de l’indépendance, aucun réverbère n’est allumé du Carrefour Sèmè jusqu’à l’entrée de la ville de Porto-Novo. Une zone à risque connue comme telle. Pendant ce temps, du carrefour Bélier à Cotonou jusqu’au Carrefour Sèmè l’éclairage public était de mise. Qui doit être fier du visage actuel de sa capitale ? Je plaide, pour que Porto-Novo ne végète plus, sans fard ni phare.

commentaires

Haut de page