Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ces conducteurs du dimanche!

10 Novembre 2013, 20:20

La vie de l’homme est semblable à un œuf que tiennent les mains d’un enfant. Pour autant, chacun veut mourir de sa plus belle mort. Seulement, nul n’est à l’abri d’un accident fatal. La faucheuse de la route continue de moissonner, faute de l’indélicatesse d’une majorité de conducteurs. Des ignobles usagers, bien entendu. Mieux vaut les baptiser "les cinquièmes roues de carrosse" pour la société. Puisque même les statistiques du Centre National de la Sécurité Routière (CNSR) ne font pas tilt dans leur tête. C’est connu que deux personnes décèdent, chaque jour, sur les routes béninoises. Pendant ce temps, onze autres sont blessées dans les mêmes circonstances.

Une pieuse pensée pour toutes les victimes des accidents de route. Une pensée spéciale pour leurs progénitures qui vont devoir grandir sans leurs parents. Certes, contre la mort, point de remède. Mais une mort causée par une irresponsabilité notoire de certains conducteurs émeut, afflige et traumatise. Les causes de ces accidents sont multiples et variées: vitesse, alcool, défaut de port de casque, défaut de port de ceinture, non respect du code de la route, conduite sans permis, visite technique douteuse, surcharges en tout genre, fatigue du conducteur, utilisation de téléphones cellulaires, les risques liés à l'état des infrastructures routières…

Certains usagers semblent tout bafouer au péril de leur vie. Cette inconscience motive des organisations non gouvernementales à accompagner les actions du CNSR afin de réduire le taux d’accident. C’est heureux de savoir que des professionnels des médias s’associent à la lutte pour une baisse drastique de ces statistiques. En témoigne la récente sortie de Jeunesse Vision Positive à la plage de Fidjrossè. Mieux, un Réseau des parlementaires pour la sécurité routière existe. Une proposition de loi relative au code de la route est même en cours d’élaboration. Mazette! L’adoption d’une loi est-elle une panacée ? Le véritable problème du Bénin, c’est la complaisance dans l’application des textes.

Pour ma part, je pleure les nouvelles victimes de la route, surtout à l’approche des fêtes de fin d’années. Des brutes feront encore parler d’eux. Du coup, les services des accidents et constats des commissariats et brigades seront de nouveau débordés. Pour vous les bonnes et consciencieuses gens, voici ma prière: «que votre passage en un lieu, ne coïncide jamais avec l’appétit vorace des démons, de la route, ni de la forêt, ni des eaux, ni des airs.»

commentaires

Haut de page