Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Inévitable couplage en 2015

par Justin AMOUSSOU 3 Novembre 2013, 21:22 Bénin Démocratie Elections

A moins d’être amnésique et peut-être de jouer au dur à cuire, le couplage des élections en 2015 semble nécessaire. Par contrainte, bien entendu, c’est la seule option qui s’offre pour sauver les meubles d’une démocratie en agonie. Seuls ceux qui sont prêts à ravaler leurs vomissures vont davantage gloser. « Il ne sert à rien de montrer ses dents lorsqu’on est édenté », enseigne un dicton. Autrement, il ne sert à rien de menacer sans moyens d’agir. Jusqu’à preuve de contraire, le président Boni YAYI tient encore les cartes en main. Le seul qui peut convoquer le corps électoral, c’est encore lui. Le reste, c’est du vent.

A écouter le président du Conseil d’Orientation et de Supervision de la Liste Electorale Permanente Informatisée, Sacca LAFIA, sur Golfe TV le dimanche 27 octobre, cette liste ne sera disponible qu’en février 2014. De toute vraisemblance, les élections communales pourraient se tenir en mars 2014. Rebelote avec les élections législatives en mars 2015. Les élections coup sur coup seront bouclées en mars 2016 avec l’élection présidentielle. Par réalisme et surtout par chauvinisme, les acteurs politiques doivent s’entendre pour l’organisation couplée des élections communales et législatives en 2015. Histoire de prévenir un danger imminent.

Qui pouvait envisager que les élections communales ne se tiendraient pas normalement en mars 2013? Le commun des mortels n’imagine pas, non plus, un nouveau scénario. L’exécutif peut, sous la pression tous azimuts, organiser les élections de 2014 puis de 2015. Dès lors, il pourrait prétexter de manque de ressources financières pour ne pas organiser l’élection présidentielle de 2016. La brèche est, d’ailleurs, ouverte. La constitution béninoise est muette sur une vacance de pouvoir pour non organisation de l’élection présidentielle. Alors, que faire? Je ne suis pas un devin. Toutefois, ma foi de charbonnier me conforte à croire qu’il est suicidaire de faire l’autruche. Pour mémoire, en 2011, l’euphorie précoce d’une victoire des opposants avait fait passer le "non" catégorique du report de l’élection présidentielle. La suite, c’est le K.O historique et pétaradant.

Je concède, à qui le souhaite, la liberté de vitrioler le président Boni YAYI. On peut même traiter son gouvernement de tous les noms d’oiseaux. On peut éventuellement taxer le chroniqueur de propagandiste. Vogue la galère! Pour l’amour du peuple qui vivote, la seule issue, c’est ménager la chèvre et le chou et non jouer le va-tout. Ainsi, tout démocrate devrait, tripes et boyaux, soutenir le député Candide AZANNAÏ qui proclame: «En 2016, il n’y aura pas de report quelles que soient les conditions.»

commentaires

Très bonne réflexion. 04/11/2013 07:27

Très bonne réflexion.

Haut de page