Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Echange avec les jeunes sur l’avenir du Bénin : Maître Joseph DJOGBENOU interpelle l’élite

par Justin AMOUSSOU 12 Décembre 2013, 21:30 Bénin Jeunesse Démocratie

Echange avec les jeunes sur l’avenir du Bénin : Maître Joseph DJOGBENOU interpelle l’élite

Avec les jeunes ce mercredi 11 décembre, il n’a pas été question de consultation juridique au cabinet de l’avocat. Maître Joseph DJOGBENOU a échangé, à cœur ouvert, sur des sujets engageant l’avenir du Bénin. A s’en tenir aux nouveaux défis, cet orfèvre de droit invite l’élite à jouer le rôle qui est le sien.

Dans un franc parler avec les jeunes dans son cabinet, maître Joseph DJOGBENOU a martelé que dans la société idéale à laquelle il aspire, la solution n’est pas dans les textes. « La solution, c’est dans les êtres humains et dans l’élite politique de notre pays», affirme-t-il sans ambages. L’avocat insiste qu’il faut s’armer maintenant à construire le Béninois. Pour lui, construire le Béninois appelle de la part des autorités publiques, et de la part de l’élite surtout un dynamisme certain d’expliquer à chaque citoyen que l’objectif, c’est le Béninois. « Il faut une réconciliation de l’élite avec la société », a-t-il répété en boucle. Là-dessus, le juriste a expliqué que la réconciliation de l’élite avec la société revient par exemple à nommer une personnalité avec un fond de culture assez épais au risque qu’elle devienne un contradicteur redoutable. « Pour cela, il faut avoir soi-même un niveau de culture assez élevé pour se soumettre à cette exigence de nommer une personnalité ». Cela suppose une élévation politique. Pour illustrer ses propos, maître Joseph DJOGBENOU a affirmé qu’on n’a pas besoin d’appeler à une précision des textes pour faire présider la Cour suprême par la personnalité désignée par ses membres. Dans le cas d’espèce, un décret pris par le président de la République permettra de se conformer à la constitution. « Il y a les solutions qui n’appellent pas à se prononcer par voix incantatoire. Cette solution appelle de la part de l’élite politique une rectitude morale que nous n’avons pas encore ».

Des jeunes suivant religieusement les explications de l'avocat

Des jeunes suivant religieusement les explications de l'avocat

DIAGNOSTIC DE DEUX MAUX

Déplorant les déboires des opérateurs économiques nationaux, Maitre DJOGBENOU observe que quand la fortune se concentre sur des personnes morales et physiques étrangères, cela ne heurte pas la pudeur. Si on substitue ces personnes par des nationaux, cela devient un problème. « Nous avons deux gros problèmes au Bénin. Le premier, c’est le délit de proximité ou de voisinage. Celui qui est notre voisin, lorsqu’il est à une place plus élevée que nous, nous nous posons la question de savoir, pourquoi lui ? Le deuxième problème, c’est la pudeur par rapport à l’argent. L’autre qui est plus fortuné est toujours dans le mal. Cette pudeur à l’égard de l’argent est exceptionnelle dans notre pays », diagnostique l’avocat. Il donne l’exemple d’une vendeuse à qui on demande: « as-tu vendu ? ». Elle répond : « un peu seulement » pour que l’on ne puisse pas lui poser la question de savoir cela fait concrètement combien. Pareil pour les fonctionnaires et hommes politiques qui font un mystère autour de leur salaire. « Cette pudeur à l’égard de l’argent influence la structure politique et nous ne serons pas épargnés si nous ne clarifions pas la situation structurelle et législative en ce qui concerne le financement des activités politiques. », conclut Maitre Joseph DJOGBENOU. Par ailleurs, sur le dossier PVI, il ne se fait aucune illusion. « La principale victime, c’est le Bénin. Ce sont les centaines d’employés qui, sur la base de leur salaire, ont emprunté de l’argent et qui sont actuellement dans une situation de pauvreté énorme ».

« Il y a les solutions qui n’appellent pas à se prononcer par voix incantatoire… », dixit Maitre Joseph DJOGBENOU

« Il y a les solutions qui n’appellent pas à se prononcer par voix incantatoire… », dixit Maitre Joseph DJOGBENOU

commentaires

Haut de page