Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le miroir aux alouettes avec le budget

par Justin AMOUSSOU 21 Décembre 2013, 14:49 Bénin Jeunesse Démocratie

Le miroir aux alouettes avec le budget

Une onde de choc au sein de la majorité présidentielle. Le projet de budget de l’Etat, gestion 2014 a été rejeté malgré la majorité confortable à l’Assemblée Nationale. C’est un coup de théâtre mais également un coup de tonnerre qui a mis le feu aux poudres. Comme en de pareilles circonstances, certains ont tôt fait de sabler le champagne. D’autres se croiraient être passé sous les fourches caudines. Chacun commente ce rejet en prenant le bout qui l’arrange ou le désavantage.

Il se murmure que les députés contestataires sont des traîtres de la Nation. Le président de l’Assemblée Nationale, Mathurin Coffi NAGO, est même voué aux gémonies. Son péché, c’est d’avoir opté pour le vote secret. Pourtant, cette virtuose de la majorité présidentielle a agi selon le règlement intérieur du parlement. Le ridicule, des jeunes, auxquels je ne saurais m’identifier, se hâtent d’affirmer que leur avenir est hypothéqué. Leurs verbiages à l’eau de rose constituent une preuve de leur digression. Quel embrouillamini ! Je nie que les pontes du pouvoir font la même lecture.

Peu de gens voient, à travers le résultat du vote du projet de budget 2014, un traquenard. Puisque parmi les députés judas de la majorité présidentielle, du moins des "illuminés" spontanés, il y en a qui ont rejeté le budget dans le seul but de faire du chantage au chantre de la Refondation. C’est bien dommage que dans le feu de l’action, des citoyens s’empressent souvent de commenter les faits sans discernement. Sur ces entrefaites, les «grands maîtres» de la politique seraient en train de rire à gorge déployée. Savez-vous, par exemple, le mode de votation du projet de révision de la constitution? Imaginez alors que le "OUI" emporte après un vote secret. En son temps, que l’opposition ne vienne pas à brandir un complot.

En recourant à une ordonnance pour faire exécuter le budget 2014, le président Boni YAYI a un grand défi. Plus que jamais, il doit jouer son va-tout pour honorer le maximum d’engagement contenu dans ce budget rejeté. La réussite des projets au profit du peuple et singulièrement en faveur de la jeunesse est une arme redoutable pour jeter en pâture les députés contestataires. Ce faisant, leur honneur sera jeté aux chiens. A contrario, un échec patent apportera de l’eau au moulin de ses détracteurs qui s’impatientent à bomber le torse. Dans ce cas de figure, seuls les sbires du pouvoir vont payer les folles enchères.

commentaires

Haut de page