Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mots expéditifs aux "fous du Roi"

par Justin AMOUSSOU 16 Décembre 2013, 17:44 Bénin Démocratie Jeunesse

Ils se prénomment les "fous du Roi". Leurs récentes déclarations tiennent de la haute gravité et devrait se résoudre par leur prise en charge psychologique. Je les considère dare-dare comme des personnes souffrant de la déficience mentale. Il y a, sans doute, chez eux, un défaut de capacité. Il se fait qu’un défaut de capacité se résout par un placement de la personne majeure sous tutelle.

Un des "fous du Roi" demande même aux jeunes de s’indigner. Sans nul doute, le sens du verbe "INDIGNER" lui a échappé. A défaut, ses yeux n’ont jamais parcouru les lignes de l’ouvrage révolutionnaire "Indignez-vous" du Français Stéphane HESSEL. Cet opuscule devrait être le bréviaire de tout jeune. «Le motif de base de la résistance était l’indignation. …Nous appelons les jeunes générations à faire transmettre l’héritage de la résistance et ses idéaux. Nous leur disons: prenez le relais, indignez-vous! Je vous souhaite à tous, à chacun d’entre vous d’avoir votre motif d’indignation, c’est précieux», préconise HESSEL.

« L’indifférence est la pire des attitudes. Dire, je n’y peux rien, je me débrouille…En vous comportant ainsi, vous perdez l’une des composantes essentielles qui fait l’humain. Une des composantes indispensables: la faculté d’indignation et l’engagement qui en est la conséquence.» A ces jeunes, HESSEL martèle : « Regardez autour de vous, vous trouverez des thèmes qui justifient des situations concrètes qui vous amènent à donner cours à une action citoyenne forte. Cherchez et vous trouverez ».

Dans son héritage d’indignation, cet auteur décédé le 26 février 2013 demande expressément d’agir en réseaux et de profiter de tous les moyens modernes de communication. Tout en invitant à garder espoir, il insiste sur le fait de ne pas transiger avec les droits de l’homme. Après lecture de ce livret, un jeune conscient devrait s’exclamer et témoigner que Frantz FANON avait raison : «Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir.»

D'ores et déjà, que l’on s’appelle "fou du Roi", "chien de garde du Roi", "gorille du Roi", ou encore "cerbère du Roi" - le champ lexical est probablement vaste - je les conjure, chacun, à méditer les paroles du célèbre psychologue Américain William JAMES : «Qu’aucun jeune n’ait de crainte pour son avenir, quelle que soit la voie qu’il ait choisie. S’il travaille consciencieusement pendant chaque heure de la journée, il n’a pas à se soucier du résultat. Il peut être sûr de figurer un jour parmi les individus les plus compétents de sa génération, dans le domaine de son choix.»

commentaires

Haut de page