Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Engagement de "Alternative Citoyenne" en politique : Maître Joseph DJOGBENOU convie l’élite à constituer une force de propositions

par Justin AMOUSSOU 16 Février 2014, 16:22 Bénin Démocratie

Engagement de "Alternative Citoyenne" en politique : Maître Joseph DJOGBENOU convie l’élite à constituer une force de propositions

Pas de langue de bois sur l’émission "Carte sur table" de la radio Océan Fm de ce dimanche 16 février. Pas de détour non plus. Maître Joseph DJOGBENOU a assumé être résolument engagé dans la politique. Il a réaffirmé être convaincu de la place de l’élite dans la construction du Bénin. « A un moment donné, il faut prendre des décisions », clame le nouveau président d’honneur du parti Alternative Citoyenne en informant que la réflexion a été entreprise depuis 2006. « Le problème du Bénin, c’est la distance de l’élite avec la politique. L’élite, c’est elle qui porte la lampe qui éclaire ». Le juriste de haut vol bat en brèche les critiques relatives à la mutation de "Alternative Citoyenne" en parti politique. N’y a-t-il pas un retournement de veste ? Là-dessus, maître Joseph DJOGBENOU n’a pas fait dans la dentelle. Il a martelé haut et fort qu’il n’y a pas de changement de posture d’engagement. « L’engagement est encore plus fort », a-t-il lancé. Pour lui, Alternative Citoyenne constitue une force de contribution et de proposition aux fins d’influencer la décision politique. Très sûr de lui-même, le président d’honneur du parti Alternative Citoyenne proclame : « Quand on a une certaine culture, on ne va pas se comporter comme tout le monde.L’espérance réside dans le renforcement des partis politiques ». Aucune illusion alors sur l’avenir du Bénin : « La solution, c’est dans les êtres humains et dans l’élite politique de notre pays. Même les précisions des textes n’auront aucun sens s’il n’y a pas un vouloir politique de manière déterminante. »

QUI FINANCE ALTERNATIVE CITOYENNE?

Soupçonné d’avoir bénéficié du soutien financier de l’homme d’affaire Patrice TALON, c’est par une pirouette quemaître Joseph DJOGBENOU a informé sur les bailleurs du parti Alternative Citoyenne. Doit-on voir Talon derrière mon Bac, derrière mon DEA, derrière mon doctorat, derrière mon cabinet et derrière tout et même derrière Alternative Citoyenne? « Je n’exclus pas que des personnes financent Alternative citoyenne. Nous agissons compte tenu de nos moyens. Il faut enlever de la tête de nos compatriotes, la pudeur de l’argent », a-t-il précisé. « Quand la fortune se concentre sur des personnes morales et physiques étrangères, cela ne heurte pas la pudeur. Si on substitue ces personnes par des nationaux, cela devient un problème ». Selon Joseph DJOGBENOU, c’est cette pudeur qui empêche de clarifier la situation du financement des partis politiques. « Sans financement des partis politiques, il y a toujours risque de compromission et toutes les élections dans ce pays ont eu lieu sur la base de diverses compromissions. La question est de savoir suivant quelles ressources les partis politiques vont financer les élections ? »

IMPASSE SUR LA LIBERTE

D’emblée le président d’honneur du parti Alternative Citoyenne a condamné les déclarations du chef de l’Etat devant les jeunes le 27 janvier passé. « Les propos sont d’une vulgarité inqualifiable », analyse l’orfèvre de droit. « Les grèves devraient faire réagir le gouvernement. Si cela n’émeut pas, le chef de l’Etat considère qu’il est dans sa ferme ». « Si le fermier pose des règles que vous ne voulez pas respecter, vous quittez sa ferme. Je crois que les règles démocratiques sont bafouées. » Après décryptage, maître Joseph DJOGBENOU a conclu que le Bénin est cessation de paiement car rien ne justifie la défalcation. « Le gouvernement a intérêt que les grèves se poursuivent pour refaire la trésorerie. On allume les grèves pour justifier le non-paiement de salaire», a-t-il diagnostiqué tout en appelant le ministre des finances Jonas GBIAN à dire la vérité. « Nous devons lutter pour faire recouvrer à ce pays la fierté qu’il n’aurait pas dû perdre. »

commentaires

Haut de page