Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mythe brisé du fonctionnaire international

par Justin AMOUSSOU 23 Février 2014, 15:05 Bénin Démocratie Jeunesse Désespoir

C’est fini. Plus de chance à un fonctionnaire international béninois pour occuper le fauteuil présidentiel. En tout cas, pas de si tôt. Désormais, il s’en faudrait de beaucoup, pour convaincre la majorité des Béninois. Tant le scepticisme habite les électeurs dans toute leur âme. Nul ne remet en cause la contribution de cette catégorie de fonctionnaires. Loin s’en faut. D’autant plus qu’il faut se douter de leurs compétences. Jusqu’à preuve de contraire, ils demeurent des personnes ressources incontournables pour construire le pays en décrépitude. Seulement, les blablablas de bagage intellectuel accumulé au plan international ne serviront plus de tremplin.

De plain-pied, la précampagne bat son plein. Sans à-coups jusqu’à l’annonce officielle des hostilités. Un moment propice aux masturbations intellectuelles. D’ici à là, les oreilles des électeurs seront rebattues de quelques propos farfelus. En toile de fond, des voix à grappiller à l’issue du vote. Untel va s’enorgueillir de son titre. Un autre de ci et de ça. "Je suis banquier de renommée internationale", "je suis économiste de renommée internationale", ou encore "je suis diplomate". Le répertoire des qualifications est, peu ou prou, long. Au terminus de ces flonflons, tous vont lâcher le mot: « Votez pour moi et vous aurez la paix et le bonheur ». Pardon ! C’est dépassé. Les mensonges et les promesses non tenues ont renforcé le doute de plus d’uns.

Fort de cela, il est tout à fait urgent de bien analyser le profil du prochain président de la République. Loin de dresser son prototype, il suffit de passer en revue les successifs échecs du Bénin depuis 1990. Malgré le gratin de banquiers et d’économistes de rang international, le pays tangue. Il est presque à terre. Les valeurs morales se meurent. Beaucoup de cœurs sont remplis d’amertume mâtinée de révolte. Pour autant, les propos des nouveaux vendeurs d’illusions "de rang international" ne changeront rien. Absolument rien. Les citoyens immunisés et avisés ont leurs yeux ouverts. Ils ont tout compris. Plus que jamais, soit le militantisme, soit l’engagement politique des futurs candidats doit peser dans la balance des chances.

Nombre d’électeurs savent désormais que: « A beau mentir qui vient de loin ». Un titre de fonctionnaire de rang international ne dit plus rien à l’homme de la rue. Même pas à un fœtus dans les entrailles de sa mère. Tout de même, il n’est pas à ignorer le poids de l’argent et du régionalisme.

commentaires

Haut de page