Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boni Yayi : autres espoirs, autres résultats

par Justin AMOUSSOU 6 Avril 2014, 19:44 Bénin Démocratie Désespoir

Boni Yayi : autres espoirs, autres résultats

Que cela plaise ou non, le président Boni YAYI a un bilan à défendre. Les thuriféraires soutiendront, mordicus, que le "messie" a joué sa partition, autant que faire se peut. A eux de faire remonter à la surface, non pas de façon décousue, les réalisations faites en huit ans d’exercice du pouvoir d’Etat. Ou alors, l’homme du 6 avril 2006 se fera avocat de lui-même. Tout n’est pas à peindre en noir. Loin s’en faut. Malheureusement, les fanfarons seront davantage accablés dans leur triomphalisme par les espoirs, autrefois, suscités. Les fruits n’ont nullement tenu la promesse des fleurs. Presque tous sont, aujourd’hui, dépités. En témoignent, ce qu’on pourrait appeler pudiquement les affaires sous le "Changement" mué en "Refondation". Le reste, c’est la cosmétique.

Le président Boni YAYI peut se targuer d’avoir tout réussi, du moins, l’essentiel. Des sauts-de-mouton par-ci, des poses de premières pierres par-là. Il se bruisse même l’amélioration du climat des affaires et le raffermissement de la démocratie. Soit. En tout cas, une kyrielle de chantiers ont été ouverts sur le plan social, politique et économique. Des enfants, des jeunes, des femmes, toutes les catégories en ont, certainement, trouvé leur compte. Ce qui, semble-t-il, peut motiver à plastronner et à sonner l’hallali. Non et non. Puisque, sur le terrain de la gestion des ressources humaines et de la promotion des valeurs morales, c’est le déclin. Tout est gâté. Rien que du vent.

La politique mène à tout à condition d’en sortir. Depuis 2006, on a promis plus de beurre que de pain. Les avisés ont vite compris que celui qui vit d’espoir meurt du vent. Combien de rescapés reste-t-il de ces milliers d’enthousiasmés convaincus aux premières heures du "Changement"? Quel héritage pour une Nation aux citoyens dépourvus de valeurs morales? Ce n’est un secret pour personne : les gestionnaires actuels de la Cité sont passés maître dans l’entêtement, l’amateurisme, la fanfaronnade, la reculade, la corruption sans vergogne... A la cimaise des souvenirs des critiques vétilleux, d’autres plaies y sont serties. Les maîtres de l’exégèse auront fort à faire pour mieux éclairer sur les concepts "Changement" et "Refondation".

Le mal efface tout le bien. A deux ans de la fin du second et dernier mandat constitutionnel du président Boni YAYI, beaucoup s’en convainquent qu’autres étaient les espoirs et autres sont les résultats. Sans forfaiture, les espoirs sont partis en vrille. A bien des égards, la vie est devenue une morne géhenne. Demain soufflera le vent de demain. A coup sûr.

commentaires

Haut de page