Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jamais un sans deux pour Chabi YAYI

par Justin AMOUSSOU 24 Avril 2014, 14:10 Bénin Démocratie Jeunesse

Jamais un sans deux pour Chabi YAYI

Fils de son père président de la République, Chabi YAYI nourrit, lui aussi, des ambitions politiques. C’est du moins ce qui se bruisse depuis peu. Plus que légitime, l’ambition est obligatoire. Ni un ni deux, Léhady et Modeste, fils des deux premiers présidents de la République de l’ère du renouveau démocratique, SOGLO et KEREKOU, ont mordu à l’hameçon politique. Le cas Chabi YAYI ne devrait étonner personne. En témoigne un adage vieux comme Hérode qui enseigne que la flamme ne s’éteint pas tant que vivra la progéniture. Encore que cette option d’aller en politique ne soit pas soutenue pas un mimétisme. Halte alors à tous ceux qui tentent de l’accabler ! Mal leur en prendront que le fils peut et va bouleverser les donnes. Le fils n’est pas le père et vice versa.

Certes, l’héritage de son père président est lourd. Le nouvel appelé à la politique doit dépasser le thème et l’anathème que beaucoup de citoyens pratiquent à propos du bilan du CHANGEMENT et de la REFONDATION. Une chose est claire, ce qui vaut la peine d’être fait vaut la peine d’être bien fait. Rien ne doit être laissé aux mains du hasard. Les béninois, du moins les potentiels électeurs de Chabi YAYI ne lui demandent pas de sauter d’un point à l’autre avec la vitesse d’une chèvre des montagnes. Le jeune dont on dit de lui qu’il est pétri de talent et de savoir-faire doit être convaincu pour convaincre ses admirateurs. Cette chronique n’est pas une consultation sinon, je lui conseillerais de cultiver davantage et chaque jour que Dieu fait, sa personnalité. C’est un trésor qui pèsera dans la balance au moment opportun.

Mais attention ! Aucune illusion à se faire. La politique n’est pas comparable à un champ de sapin de noël où on n’y voit que des cadeaux au pied de l’arbre. Dans cet univers des initiés, rien ne réussit qui n’ait été pensé et calculé. Jeune indigné dans mon corps et dans mon âme, j’encourage très sincèrement Chabi YAYI. Le fils de son père doit se convaincre que c’est l’œuvre qui chante les louanges de l’artisan. Son quotidien sur le terrain politique béninois le contraindra à épouser le travail, la persévérance, la dextérité, le courage… Seulement, que peut faire la main de l’effort, si elle n’est pas soutenue par le bras de la chance ? Dès lors, bonne chance et belle aventure à Chabi YAYI. Il ne lui reste qu’à incarner son prénom. Dans un idiome du Bénin, Chabi signifie le deuxième garçon d’une famille. Sans nul doute, il sera le deuxième YAYI dans l’arène politique béninoise.

commentaires

fulbert 24/04/2014 16:40

je valid 7 un petit ke mw j'aime vive chabi yayi ke dieu t'accord et fait de tn projet une réalité.

fulbert 24/04/2014 16:38

je valid 7 un petit ke mw j'aime vive chabi yayi ke dieu t'accord et fait de tn projet une réalité.

fulbert 24/04/2014 16:38

je valid 7 un petit ke mw j'aime vive chabi yayi ke dieu t'accord et fait de tn projet une réalité.

Haut de page